round image on layout top

Témoignages / TRAN Thi Ha Giang

divider image
TRAN Thi Ha Giang

« La reconnaissance est la mémoire du cœur » (Hans Christian Andersen)

 Il est toujours difficile d’écrire un témoignage quand on a reçu tant de choses et on n’a contribué que peu…

 
Dès l’âge de 6 ans, j’étais scolarisée dans une classe bilingue français-vietnamien de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). La langue et la culture française me passionnent depuis. Petite, je me suis dit qu’un jour j’irais étudier en France, sans savoir comment faire car ma famille n’avait pas les moyens qui me permettaient d’avoir un tel rêve. Douze ans plus tard, grâce à la prise en charge d’Enfants du Mékong, j’ai eu la chance de poursuivre mes études universitaires en France. Mon rêve d’enfance s’est ainsi réalisé. 
 
Cinq ans ont déjà passé depuis ce premier jour dans ce pays étranger et pourtant si cher à mon cœur. Quant on est loin de la famille, on se sent souvent seul et perdu. Les difficultés qui nous arrivent en même temps nous rendent fragile et sensible à tout. On a donc besoin d’un soutien qui nous permette de surmonter toutes ces difficultés afin de mener à bien nos projets. 
Durant ces années, j’ai reçu tant d’aides matérielles et morales que je voudrais, par ce témoignage, adresser mes sincères remerciements à Rodolphe du Gardin, Hedwig Reyntjens, tous les salariés d’Enfants du Mékong ainsi que tous les bénévoles qui nous ont témoigné et consacré leur enthousiasme, leur temps et leur générosité. 
 
Grâce à eux, j’ai réussi mes études et vécu de belles expériences dans ma vie. Je suis vraiment inspirée de leurs actions qui m’encouragent dans mon projet professionnel : celui de devenir plus tard un acteur des échanges franco-vietnamiens, et aider à mon tour les jeunes francophones.
Aider un étudiant asiatique à s’intégrer dans la société française et à réussir ses études, c’est nouer des échanges interculturels, amicaux et économiques entre la France et l’Asie. C’est aider à former un « citoyen du monde » solide, intellectuel, humain et ouvert à l’altérité. C’est alors que cette action prend son sens.
 
Enfin, je voudrais citer un témoignage qui m’a touchée profondément :
 
« Vous pouvez appeler cela un rêve utopique qui est devenu réalité. J’en conclue qu’aucun rêve n’est irréalisable, si vous le voulez vraiment et si vous avez suffisamment de personnes enthousiastes avec vous. »
(Jan Hauge)
 
J’ai un rêve : celui de poursuivre mes études universitaires en France.
 
Je le voulais vraiment et j’avais suffisamment de personnes enthousiastes avec moi.
 
Je l’appelle un rêve utopique qui est devenu réalité.
 
TRAN Thi Ha Giang - Etudiante en Master 2 Recherche Didactique des langues


bottom round image