round image on layout top

Actualités / La Chine veut aider l'UE à résoudre la crise de la dette

divider image

"La Chine est prête à participer davantage à la recherche d'une solution à la crise de la dette en Europe", a déclaré, mardi 14 février, son premier ministre, Wen Jiabao. Dès l'ouverture du sommet Union européenne-Chine, la crise de la dette est, une fois de plus, au cœur des débats. Initialement prévu en octobre mais repoussé à cause de la crise des dettes souveraines, le sommet réunit à Pékin, jusqu'à mercredi Wen Jiabao, le président de l'Union, Herman Van Rompuy, et celui de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Les deux dirigeants européens seront également reçus mercredi par le chef de l'Etat, Hu Jintao. La Chine "s'inquiète" de la crise de la dette, qui "en est à un moment crucial", a déclaré lundi le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Liu Weimin, tandis que les exportateurs chinois craignent de voir seréduire les commandes sur leur premier marché.

LA CHINE "FAVORABLE À L'UNION EUROPÉENNE DE A À Z"

La Chine a indiqué à plusieurs reprises sa volonté de participer au Fonds européen de stabilité financière, puis à son successeur, le Mécanisme européen de stabilité, qui doit être mis en place en juillet. Mais la deuxième économie mondiale, dont les réserves de change frôlent les 3 200 milliards de dollars, n'a pris aucun engagement chiffré.

Pékin détiendrait plus de 550 milliards de dollars de dette souveraine européenne, selon des informations d'experts non confirmées officiellement. Face aux inquiétudes que soulève en Europe une dépendance accrue de la Chine, un éditorial du Quotidien du peuple lundi assurait pour sa part que Pékin n'avait aucune intention de "racheter l'Europe".

"La crise de la dette est en train d'être résolue par ses membres", a assuré M. Van Rompuy dans un entretien accordé au China Daily de lundi, dans lequel il souligne que l'Europe contribue à la croissance chinoise en lui achetant ses produits. Il a d'ailleurs demandé à Pékin "un meilleur accès au marché (chinois) pour les entreprises de l'UE et une meilleure protection des droits de la propriété industrielle".

UN SOMMET DES AFFAIRES SINO-EUROPÉEN

Un "sommet des affaires" sino-européen se tient également mardi dans la capitale chinoise, à l'initiative de la Chambre de commerce européenne en Chine. "Nous voudrions que l'Europe parle à la Chine de la nouvelle force de ses entreprises, qui devrait permettre une plus grande ouverture du marché chinois" aux sociétés européennes, a déclaré son secrétaire général, Dirk Moens.

"Nos marchés sont ouverts et les Chinois ont accès à nos principales industries", a-t-il ajouté. Le commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht, qui a annoncé fin janvier la préparation d'un projet de loi contre le protectionnisme chinois dans le domaine des marchés publics, sera également présent au sommet.

Par ailleurs, les discussions sur le statut d'économie de marché, que réclame la Chine depuis longtemps, pourraient bien avancer. Lors du Forum économique de Dalian, en septembre, M. Wen avait demandé que l'UE reconnaisse ce statut à la Chine avant 2016, date prévue par le calendrier de l'Organisation mondiale du commerce. Ce statut offrirait à Pékin de meilleures garanties d'accès au marché européen pour ses produits, en les mettant à l'abri de clauses anti-dumping. A ce sujet, M. Van Rompuy a assuré qu'il y avait "une volonté politique de chercher des solutions".

Source : http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2012/02/14/la-chine-veut-aider-l-ue-a-resoudre-la-crise-de-la-dette_1642986_1581613.html



bottom round image