round image on layout top

Actualités / La Chine représenterait un tiers de l'économie mondiale en 2050

divider image

Si l'on en croit les projections de croissance à l'horizon 2050, publiées mardi 14 février par le Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII), la Chine pourrait représenter au milieu du siècle 33 % de l'économie mondiale, soit presque autant que l'Union européenne (12 %), les Etats-Unis (9 %), l'Inde (8 %) et le Japon (5 %) réunis.

A prix constants 2005, les économies chinoise et indienne seraient chacune multipliées par huit de 2008 à 2050, alors que l\'américaine et l\'européenne progresseraient seulement de 80 % à 90 %.

LA FRANCE 23 FOIS INFÉRIEURE À LA CHINE

"Nous avons évité d\'extrapoler les taux de croissance actuel, explique Agnès Benassy-Quéré, directrice du CEPII. Par exemple, pour la Chine, un taux de croissance de 8 % aurait multiplié son économie par 21. Nous avons proposé un scénario pour 147 pays qui repose sur les facteurs capital, travail et énergie, couplés avec la démographie, et qui tiennent compte de deux formes de progrès technologique. Rappelons qu\'il ne s\'agit pas de prévisions, mais de projections".

Ainsi la Chine décélérerait-elle de +7,2 % en moyenne sur la période 2008-2025 à +4,3 %, car "sa population va diminuer rapidement, commente Agnés Benassy-Quéré, son énorme taux d\'épargne aussi et les investissements y deviendraient moins performants. Son excédent commercial pourrait même disparaître vers 2030".

Les Etats-Unis, qui perdraient, au profit de la Chine, leur titre de première économie mondiale vers 2020, afficheraient une croissance médiocre de 1,6 % en moyenne, loin de leur tendance historique, et à peine supérieure à celle de l\'Europe (+1,5 %), où la France serait dans cette moyenne, mais l\'Allemagne nettement en dessous (+0,8 %).

A ces rythmes, la France, qui est sept fois plus petite que la Chine aux prix de 2005, lui deviendra vingt-trois fois inférieure… La Pologne ferait mieux (+3,4 %) et les pays d\'Europe centrale et orientale également.

L\'AFRIQUE SUB-SAHRIENNE LA PLUS DYNAMIQUE

Ces projections contiennent une surprise et une confirmation. La surprise, "c\'est la performance très moyenne du Brésil qui progresserait de 3,3 % de 2008 à 2025 et de 2,6 % de 2025 à 2050", explique la directrice du CEPII. Son décollage ne date que du milieu des années 2000.

La confirmation, "c\'est que la force de travail est un paramètre qui écrase les autres, dit-elle, et qui va fortement avantager l\'Afrique sub-saharienne en croissance démographique rapide, au point qu\'à partir de 2040, elle sera la zone la plus dynamique du monde avec une croissance moyenne de 5 % par an".

Précisons que les aléas de ce genre d\'exercice sont importants. En effet, sur une aussi longue période, il n\'est pas possible d\'anticiper des innovations technologiques comparables à internet ou au téléphone portable, ni la mise en exploitation de découvertes énergétiques comme les gisements géants d\'hydrocarbures au large du Brésil.

Enfin, ces projections peuvent être bouleversées par la prise en compte ou non de profondes évolutions sociales. C\'est ainsi que le CEPII a notamment corrigé à la hausse la croissance projetée de l\'Inde (6,4 %, puis 5,1 %) et du Maroc (4,4 %, puis 4 %), en intégrant dans ses calculs l\'hypothèse d\'une élévation du niveau d\'éducation des femmes, donc une baisse du nombre d\'enfants et, en conséquence, une hausse du taux d\'emploi féminin qui sera la cause d\' un enrichissement accru. Mais le rythme de cette mutation peut être freiné par des facteurs culturels, religieux ou budgétaires et demeure une inconnue majeure.

Alain Faujas

Source : http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/02/15/la-chine-representerait-un-tiers-de-l-economie-mondiale-en-2050_1643427_3234.html#xtor=RSS-3208



bottom round image